Querido Portugal

Le dernier train, le dernier dortoir, la dernière pastel de Nata, la dernière goutte de D’Ouro, le dernier coucher de soleil portugais…Ce pays tout doux et coloré m’a ouvert grands ses bras et a parfaitement joué son role en me permettant de décompresser et de préparer la suite de l’aventure. J’ai besoin de voyager plus loin, de répondre à ce nouveau continent qui m’envoie des petits signes depuis l’autre rive de l’Atlantique. Je m’apprete à dire au revoir à ma bonne vieille Europe et à ce très cher Portugal.

Le Soleil couchant de Porto rassemble chaque soir ses adorateurs.

Après six semaines au rythme du Portugal, il y a un tas de petites choses que je voudrais vous faire partager à propos de ce pays. Comme j’écris mon dernier billet concernant le Portugal, j’ajoute quelques infos pratiques à l’attention de ceux qui aimeraient s’y rendre.

🐥 « Olà ! bom dià » – « Olà ! boa tarde »! Dire doublement bonjour est courant au Portugal et j’ai tout de suite adopté la chose. Quitte à passer incognito !

🌅 Les Portugais peuvent rester seuls dans leur voiture pendant des heures…garée au milieu de nulle part, au bord d’une falaise ou en plein Porto. Certains dorment, d’autres lisent le journal, d’autres encore restent là, à fixer le volant. J’en ai vu manger, j’en ai vu qui étaient seuls et j’ai vu des couples cote à cote…Si vous vous rendez au Portugal en voiture, c’est une coutume locale à tenter !

🚋 Les transports au Portugal sont faciles à utiliser et ne coutent presque rien ! On peut se rendre quasiment partout avec la compagnie de bus Rede Expressos ou le train lorsqu’il y a une gare à proximité. Pour les voyages « longues distances », c’est très simple d’acheter en ligne, à la gare ou dans les boutiques agréées. En revanche, les voyages courts nécessitent l’achat d’un petit bout de carton non remboursable sur lequel on charge les tickets. Ces cartes ne sont valables que dans certaines zones et il faut parfois en acheter une différente en fonction du moyen de locomotion que vous souhaitez utiliser. A Lisbonne par exemple, j’ai du acheter deux cartes vertes, quasiment identiques, pour prendre le train, le métro et le bus.

Deux cartes vertes, l’une à bords ronds, l’autre à bords carrés…l’une pour le métro, l’autre pour le train. Subtile !

🍷 En bonne française, je juge un pays par son pain, son fromage et son vin. Et je peux vous dire que le Portugal ne s’en sort pas trop mal dans mon classement. La végétarienne que je suis n’a pas gouté au bacalhau, à la franceshina et autres joyeusetés à base de morue, de porc ou de veau mais j’ai dégusté de bonnes omelettes au fromage et de délicieuses salades. D’ailleurs si vous commandez dans une restaurant traditionnel, mieux vaut demander une demi portion (ou venir vraiment affamé) et inutile de commander des frites ou du riz, les deux accompagnent systématiquement tous les plats. A noter que dans les restaurants portugais, il faut payer pour TOUT, meme le pain et les olives qu’on vous dépose sur la table mine de rien. Le plus intéressant de la gastronomie portugaise reste le concept des pastelerias où les Portugais font une pause café-pastisserie à toute heure du jour.

La plus connue des pastelerias : la pasteleria de Belem

C’est un détail mais qui m’a interpellé partout…On connait souvent du Portugal les superbes azulejos qui ornent les façades des maisons et j’ai adoré me ballader au hasard dans les rues fleuries et colorées. En revanche, personne ne parle des sculptures municipales qui m’ont beaucoup posé problème…Le Portugal entretient visiblement des relations compliquées avec l’art contemporain.

La plus louche de toutes les sculptures publiques que j’ai rencontrées se trouve à Aveiro

A la prochaine petite Europe ! Je vais essayer de rattraper le Soleil couchant. J’embarque pour ma première traversée de l’Atlantique avec de beaux projets dans mon sac à dos dont je vous parle bientot ici.

Lisbonne

Une réflexion sur “Querido Portugal

  1. Coucou Diane ! J’aime ta remarque sur les rapports compliqués des portugais avec l’art contemporain. À mon sens il y a aussi qqch à dire de leur goût immodéré de l’espace fragmenté : de la mosaïque aux pavés qui sont partout, en passant par les azulejos. Ce goût va pour moi avec une disposition psychologique équivalente. Une manière fragmentée (fracassée ? Saudade?) de voir le monde. Bien envie de ton point de vue là dessus !
    Bises 🙂🙂 Carole

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s