Des fraises et des choux

Se vider la tête et préparer la suite du voyage étaient mon intention en faisant du Portugal la première étape de ce tour du monde. Je ne pensais pas que la transition serait si facile ! Il faut dire que toutes les conditions sont réunies pour oublier bien vite la vie parisienne. Le soleil, les fleurs, le silence, l’océan, les gens…

Depuis une semaine, je travaille en woofing dans un éco village, à quelques kilomètres de Sintra et à deux pas de la côte. Le woofing me permet d’être nourrie et logée en échange de la main d’oeuvre que je fournis à la communauté. C’est une pratique de plus en plus courante chez les voyageurs qui souhaitent économiser, s’impliquer dans la vie locale et faire des rencontres moins anodines que celles que nous apporte le voyage en solitaire. 

Pour autant, je ne suis pas en vacances. Comme les autres volontaires woofers, je travaille tous les jours sauf le dimanche et nous effectuons des tâches agricoles et domestiques tout au long de la journée. A tour de rôle, nous préparons les repas, nous nous occupons des animaux, nous nettoyons les parties communes de la maison et nous préparons les feux de cheminée. De 9h à 17h, nous travaillons à l’extérieur sur l’exploitation. Ce n’est pas toujours évident, surtout quand il faut passer plusieurs heures à désherber les petits pois, planter des haricots rouges ou retourner la terre d’un champ de choux. Ces exercices délicats nécessitent de combiner des muscles dont on ne soupçonnait pas l’existence. Il a suffi de quelques jours pour que mon corps soit tout courbaturé et mes mains sont dans un piteux état, striées de coupures minuscules et toute incrustées de terre. Pourtant je me sens à ma place dans cette atmosphère un peu hippie et je prends beaucoup de plaisir chaque jour à lever la tête vers le Palazzo Pena avant de me remettre à l’ouvrage. 

L’éco village a été bâti il y a 5 ans sur le principe de la permaculture. La communauté est constitué d’un petit noyau de permanents qui vivent sur place et de volontaires portugais et étrangers. Elle a développé différentes activités au fil des ans. Outre la production agricole, des cycles de formation ont lieu toutes les semaines et l’ouverture d’un restaurant est prévue dans les prochains mois au centre du village de Janas. Les volontaires avec lesquels je vis sont à la fois des voyageurs et des étudiants en agriculture qui souhaitent établir leur propre éco village. Nous vivons dans un dortoir sur la mezzanine de la ferme et nous venons tous d’horizons très différents ce qui rend les échanges intéressants – notamment en cuisine lorsque nous devons concevoir à 2 un repas pour 15 personnes!  

Strawberry girl – c’est le petit nom que m’ont donné mes compagnons parce que j’ai passé une grande partie de mon temps avec les fraisiers à chantonner Strawberry Fields des Beatles. Déterrer, nettoyer, séparer les coeurs, replanter les boutures apres avoir arrangé un terreau de terre, de sciure et de crottin de cheval…Alors si vous avez la chance de déguster des fraises du Portugal cet été, j’espère que vous aurez une petite pensée pour Strawberry girl.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s